Chargement...

Moutsouna

Moutsouna   
«..Le maillot que je portais avait la couleur du ciel.
Le soleil m’inondait
Je foulais le sol, mêlé au sable d’or et aux petites pépites brillantes d’émeri qui se trouvait entre les rails rouillés des wagons du chemin de fer aérien.
A l’extrémité de la grande jetée, ils étaient tous là, réunis. Leurs figures obscures à contre jour, presque immatérielles mais tous joyeux et souriants.
Et derrière eux la mer.
Immense, cristalline, bleue, avec des îlots émergant au fond de l’horizon.
Ils me regardaient et attendaient. J’ai commencé à courir et j’accélérais, je sentais que je volais. Aucun obstacle. Le monde se mit de côté. Avec un saut dans l’air, j’ai bondi loin et j’ai plongé  la tête la première dans les eaux de paradis….
Les caresses et les baisers de ma mère m’ont réveillée, elle me disait que j’avais été admise à l’Ecole Polytechnique… »
Matina Margariti. « Moutsouna de mes rêves ».


La baie d’Apeirantho ou Aperathou
Moutsouna est liée à l’histoire de l’émeri au XXe siècle. Son port était le centre de chargement de l’émeri  à des époques -et particulièrement jusqu’à la IIe guerre mondiale- où l’émeri était un produit d’exportation de base de la Grèce.
Sur le parcours entre Apeirantho vers Moutsouna, nous avons l’occasion de suivre la marche du chemin de fer aérien, qui transportait l’émeri des galeries d’extraction dans la montagne jusqu’à la jetée de chargement dans le port de Moutsouna. Le chemin de fer aérien des mines d’émeri de Naxos se classe parmi les monuments industriels éminents de Grèce.
Aujourd’hui, Moutsouna est surtout une destination touristique qui peut constituer aussi le centre pour explorer les côtes  de l’est et du sud-est de Naxos, avec les plages encore relativement vierges et le paysage enchanteur qui combine la montagne, la mer et en face  les petites Cyclades émergentes.
   Sophia Katsourou



Inscrivez-vous pour nos newsletters !

The weather now: